Aller au contenu

Êtes-vous émotionnellement dépendant de votre partenaire ?

émotionnellement dépendantAvoir une certaine dépendance émotionnelle vis-à-vis de votre partenaire est tout à fait normal. C’est la nature normale de l’être humain. Cependant, lorsque vous devenez émotionnellement dépendant cela cesse d’être sain, ni pour vous, votre partenaire ou pour la relation.

La littérature sur la dépendance relationnelle chez les adultes souligne qu’il est vital d’avoir un soutien émotionnel. Cela est étroitement lié au fait de se sentir en sécurité et en particulier une relation engagée.

Il est toujours rassurant de savoir que votre partenaire vous soutient. Qu’il sera là pour vous même dans les périodes compliquées.



Être émotionnellement dépendant.

Mais, une fois que vous devenez émotionnellement dépendant, nous observons quelque chose de tout à fait différent. Pourquoi ? Tout simplement parce que, comme ce terme est généralement utilisé en thérapie cela implique que nous ne pouvons pas nous valider ou nous apaiser de manière adéquate, que nous devons compter sur une autre personne pour nous donner l’assurance que nous sommes assez bons et assez importants. Et, pour mériter leur amour inconditionnel.

Dans ce cas, incertains de l’approbation ou de l’engagement de votre partenaire envers vous, vous finissez par vous concentrer autant sur des doutes autour de votre partenaire.

Lorsque nous ne pouvons pas nous sentir suffisamment en sécurité dans une relation. Notre amour pour votre partenaire est (inconsciemment) supplanté par la peur : pourraient-ils vous quitter ? vous rejeter ? Ou vous abandonner ? Et plus longtemps nous devrons compter sur leur réconfort pour nous sentir valorisés, plus nous resterons dépendants d’eux. Et cela peut éventuellement conduire à la dégradation de la relation.

Le partenaire ne peut pas nous nourrir émotionnellement indéfiniment.

plaire aux autresLe problème ici est qu’il est difficile d’aimer quelqu’un et de le laisser être libre d’être ce qu’il est. Inconsciemment, nous avons besoin d’eux pour nous aider à dissimuler nos insécurités passées. Ces insécurités proviennent beaucoup moins de votre partenaire actuel que de votre histoire antérieure. Le plus souvent parce que, en grandissant, vos parents n’ont pas su vous faire nous sentir solidement attachés à eux.

De plus, aussi rassurant que notre partenaire le soit prêt, nous en chercherons constamment plus. En effet, si nous avons rarement pu faire l’expérience de l’acceptation inconditionnelle de nos parents lorsque nous étions enfants, nous aurons beaucoup de mal à intérioriser le réconfort que notre partenaire peut désormais nous offrir.

Bien sûr, sur le moment, nous pouvons être soulagés, en profiter et être réconfortés. Pourtant, à moins que nous ne puissions d’une manière ou d’une autre conserver leur assurance, leurs efforts ne dureront pas et c’est là où vous deviendrez émotionnellement dépendant.

Leurs paroles réconfortantes disparaîtront bientôt de la conscience. Et puis nous voudrons de plus en plus de la même chose. Comme une carafe avec un trou au fond, quelle que soit la quantité qu’on y verse, elle sera toujours vide.



Le rôle des parents.

En guise de mise en garde, je dois mentionner que je ne blâme jamais les parents d’origine du partenaire insécurisé pour les lacunes qu’ils ont pu avoir à fournir à leur enfant la validation et le réconfort dont ils avaient besoin. Car je crois sincèrement que chaque parent fait de son mieux pour élever ses enfants, compte tenu (1) de la capacité limitée de leur enfant à lui communiquer ses besoins émotionnels, (2) de ses propres idées peut-être mal conçues sur ce qu’il y a dans le l’intérêt supérieur de l’enfant et (3) leur incapacité à offrir à l’enfant ce qu’eux-mêmes n’ont jamais reçu dans leur éducation.

Il est donc déraisonnable d’accuser les parents de ce qu’ils ne pouvaient pas reconnaître. Du moins pas à l’époque où, pour cultiver une image de soi confiante, favorable et sûre, nous devions à peu près dépendre d’eux. Il est difficile, voire impossible, pour nous d’avoir une bonne opinion de nous-mêmes si nous concluons que nos parents ne nous voient pas de cette façon.

Le couple peut se briser.

relation toxiqueJ’ai travaillé avec de nombreux couples dans lesquels le partenaire émotionnellement nécessiteux épuisait littéralement l’autre par des demandes répétées. Ils ne pouvaient pas effacer leurs doutes chroniques d’eux-mêmes. Ils se sentent vraiment obligés de s’appuyer sur leur partenaire pour se rassurer.

Non seulement ce comportement a finalement conduit leur partenaire à devenir de plus en plus impatient et ennuyé. Mais, il a également fait en sorte que leur partenaire se sente inadéquat dans ses efforts. Ils ont donc fini par se sentir frustrés non seulement avec leur partenaire dans le besoin, mais aussi avec eux-mêmes

Si nous sommes exclusivement appelés à fournir émotionnellement à notre proche ce qu’il ne peut pas subvenir à lui-même, à un moment donné, notre « épuisement » dans la relation est probablement inévitable. Et parce que ce qui nous est confié commence à ressembler à un exercice futile, tôt ou tard, le désir d’aider notre partenaire trop dépendant se transforme en un désir d’être de les laisser seuls.

Ce qui, à son tour, est susceptible de le laisser se sentir vide et abandonné. De plus, une fois que nos comportements attentionnés ou charitables se sont détériorés en réactions de colère ou en objections pleines de ressentiment, la relation elle-même sera sérieusement menacée. Nous pouvons toujours les aimer, mais cela ne suffira peut-être pas à rester avec eux.



Alors, quel est le meilleur « remède » ne plus être émotionnellement dépendant ?

Les blessures psychologiques précoces, aussi graves soient-elles, peuvent être guéries ! Bien qu’il faille parfois travailler avec un professionnel pour faciliter cette guérison.

En fin de compte, cependant, c’est vous-mêmes qui devez réparer, de l’intérieur, tout ce qui a été brisé ou qui n’a pas pu se développer correctement. Car si vous avez été blessés dans votre enfance, c’est à vous, en tant qu’adulte que vous êtes aujourd’hui, de guérir cet enfant. Cet enfant qui vit et respire encore (et tremble ou pleure en silence) en nous. Et notre partenaire, aussi bien intentionné soit-il, n’a pas autant accès à cet « enfant intérieur » que vous.

A vous donc d’apprendre à réconforter et à rassurer, de façon autonome, cet enfant émotionnellement. Un enfant instable, nerveux ou qui doute de lui-même.

Donc, chaque fois que de vieux doutes refont surface, vous devez identifier de quelle partie de vous-même ces doutes émanent. Pouvez-vous penser à un moment (ou à des moments) où quelqu’un à qui vous avez donné plus d’autorité que vous ne pouviez vous donner vous a fait vous sentir inadéquat ? Qu’est-ce que cette personne (ou ces personnes) vous a dit ou fait ? Et, surtout, comment l’avez-vous interprété ? Car c’est peut-être le moment où votre moi adulte peut apprendre à votre moi enfant. Enfant, encore émotionnellement instable comment réinterpréter ce qui lui est arrivé. Pour le percevoir maintenant sous un jour beaucoup plus positif qu’ils n’avaient la maturité ou la sophistication d’autrefois.

La réécriture thérapeutique.

Et c’est ce que j’appelle la réécriture thérapeutique de votre histoire. Comprendre vos propres motivations et celles des autres d’un point de vue beaucoup plus bénin, auto-alimenté et précis.

Par exemple, vos parents auraient-ils eu des attentes irréalistes ou trop élevées à votre égard ? Après tout, votre première relation de dépendance a été avec eux ! Alors vous avez naturellement pris pour acquis que tout ce qu’on attendait de vous devait être justifiable. Et que c’était vous-même qui étiez en faute, qui ne pouviez tout simplement pas être « à la hauteur. »

S’accepter pour qui vous êtes. Accepter vos forces et vos limites est ce que vous devez apprendre si vous voulez être heureux dans la vie. C’est cet amour-propre sain et non narcissique que, en tant que thérapeute, je m’efforce régulièrement d’inculquer.

De cette façon, vous n’aurez plus à dépendre de votre partenaire. Vous pourrez faire quelque chose que, finalement, vous seul pouvez faire. Et l’un des nombreux travails de «sauvetage et de réparation» de votre enfant intérieur éliminera le stress que pouviez mettre sur votre relation.