L’importance de ne pas rester seul.

Bonjour à tous. Aujourd’hui, nous allons voir pourquoi il est important de ne pas rester seul avec notre dépendance affective. Et pourquoi il est important d’en parler.

Ne pas rester seul, c’est essentiel pour sortir de la dépendance affective.

La dépendance affective peut amener à traverser des périodes de douleurs émotionnelles assez intenses. Dans mon cas j’ai eu énormément de mal à parler de cette souffrance. Entre sensations de culpabilité et avoir l’impression de ne pas être légitime dans ma douleur, c’est vrai que la dépendance affective ne m’a pas fait de cadeau. Et je pense que si vous êtes en plein dedans, vous devez aussi connaitre cette sensation.

Au final, donc on n’en parle pas. On préfère le cacher. Ou encore mieux, on fait sans cesse des allusions indirectes à ce que l’on ressent… Que nous sommes souvent les seuls à comprendre.

Pourtant parler de notre douleur, c’est une étape essentielle pour aller mieux. Et même s’il est vrai qu’il faut en parler souvent pour se sentir mieux,  il y a des moyens pour ça sans gêner qui que ce soit. 😉

A qui puis-je parler ?

Pour commencer il est intéressant de voir à qui on peut parler de ce que l’on ressent en nous et qui nous fait mal. Ça peut être tout aussi valable pour des personnes qui ne sont pas DA. Mais le piège de la dépendance affective, c’est de vouloir souvent se confier à une personne… La personne à laquelle nous sommes totalement attachée. Bien entendu, je ne pense pas vous surprendre en vous disant que ce n’est peut-être pas la meilleure chose à faire (même pas du tout).

Voici donc quelques petites pistes :

  1. Les groupes de paroles : Je n’ai jamais eu la chance de côtoyer des groupes de paroles qui sont souvent dans de grandes villes comme Paris. Mais si vous avez l’occasion, n’hésitez pas et foncez. Se retrouver avec des personnes qui traversent la même chose que nous, ça ne peut qu’être bénéfique. Pouvoir partager, écouter et se sentir écouter. Appartenir à un groupe et voir du monde. C’est tout ça, les bienfaits que peuvent vous apporter un groupe de parole.
  2. Les psychologues : Ce n’est pas forcément le plus abordable au niveau financier et vous pourriez voir du côté des CMP par exemple. J’ai eu la chance de rencontrer un psy formidable. Et je pense que pouvoir parler à une personne qui va apprendre à vous connaitre et va vous aider à mettre en place des actions afin de sortir de la dépendance affective, ça ne peut que être bénéfique. Cela pourra vous aider aussi à vous confier sans avoir une gêne qu’on peut ressentir en abordant ce sujet.
  3. Les sites/groupes sur internet : J’avoue ne pas m’y être intéressé plus que cela, il me manque le contact qui est un élément essentiel. Mais l’anonymat d’internet peut peut-être permettre à certains d’entre vous de pouvoir parler plus facilement de soi. Ça peut donc être un excellent complément.
  4. Vos amis/Votre famille… : Si dans votre entourage vous avez des personnes de confiance, n’hésitez pas à vous confier. Vraiment ! Même si ça n’est pas simple, c’est essentiel que les personnes autour de nous soient au courant de ce que nous pouvons ressentir. Votre entourage peut-être un soutien précieux pour aller mieux (mais on oublie la personne à laquelle nous sommes dépendante…). 🙂

Voici un rapide petit panorama des personnes qui peuvent nous aider à aller mieux.

L’importance de ne pas rester seul mais aussi d’être là pour notre entourage.

Il est souvent difficile de sortir seul de la dépendance affective. Déjà, c’est quelque chose de vraiment épuisant émotionnellement. Puis on peut vite se retrouver désemparé. Souvent les gens autour de nous qui ne sont pas dans notre situation peuvent être d’excellent conseil et peut-être plus lucide sur certains points. En effet, c’est souvent assez difficile d’être 100% lucide quand on n’a qu’une personne, qu’une pensée en tête en continue dans la journée. 🙂

Mais s’il est important de s’entourer, il est tout aussi important de ménager son entourage et de prendre le temps d’écouter. Ecouter les conseils des autres, mais aussi écouter les problèmes des autres. Cela peut aider à relativiser un peu sur ce que l’on ressent voire l’oublier. Mais il peut être aussi épuisant pour les personnes qui nous entourent, d’entendre de notre part le même sujet en continu. Du coup, n’oublions pas d’être aussi présent pour les autres. C’est quelque chose qui peut aussi énormément nous aider à aller mieux, l’écoute des autres personnes.

Comment réussir à parler de soi ?

C’est peut-être un moment difficile pour certain d’avouer à quelqu’un : « Oui, je suis dépendant affectif ». Mais pour commencer n’ayez pas honte de vous, il n’y a pas de honte à avoir. Au contraire même, cela montre une belle sensibilité que vous avez en vous. Et ça, c’est une magnifique qualité.

N’hésitez pas à parler de vous en utilisant le « je ». N’accusez pas l’autre de vous faire du mal. C’est votre ressenti qui est important.

Prenez un moment de tranquillité pour parler de vous. D’ailleurs, c’est un conseil général, mais parler de nos problèmes quand la personne en face de nous est pressée… C’est frustrant pour tout le monde.

Vous pouvez aussi le faire par écrit. C’est, pour ma part, plus simple je trouve. Et vous pouvez plus facilement poser vos émotions et vos mots pour exprimer ce qu’il y a en vous.

Des petits conseils peuvent être nombreux mais je crois que le principal c’est : Osez ! Vous n’avez pas à avoir honte de vos sentiments, de ce que vous ressentez. Et tout ce que vous pouvez dire sur vous ne dérangera pas. Vous vous sentirez aussi plus léger. Savoir qu’on peut se confier à quelqu’un sur ce sujet, ça aide énormément dans la démarcher pour aller mieux.

Si vous avez des conseils, n’hésitez pas à me les dire. Je serai ravi de les découvrir voire de les incorporer dans cet article. 😉

A très vite. 🙂

1 réponse

  1. Antigone dit :

    Bonjour et merci pour ce site… C’est agréable de se sentir comprise. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *