Que retenir d’une relation dite toxique…

Partager l'article :

 

Réflexions autour du conte La petite âme et le Soleil de Neale Donald Walsch : une parabole de la rencontre avec un Pervers Narcissique ?

Initialement, c’est l’histoire d’une petite âme qui dialogue avec Dieu, mais qui pourrait aussi être son moi profond, ou encore, si on veut toujours considérer ce dialogue comme un dialogue externe, son mentor ou son thérapeute.

Ce conte permet à chacun de se définir comme individu et de reprendre sa place dans sa mission de vie et dans sa relation aux autres. Je vous en livre les leçons que j’y vois, ainsi que quelques extraits qui sous-tendent les apprentissages que j’en fais en matière de développement de soi. C’est un texte qui met du baume au cœur, alors en ces jours de couvre-feu, j’avais envie de le partager pour rallumer un peu de lumière en chacun de nous.

Leçon n°1, qui apaise la blessure de rejet : nous sommes tous lumière, c’est notre essence-même. Bref, inutile de chercher notre identité, notre raison d’être, il nous suffit d’exister pour être capable d’éclairer le monde.

Il était une fois, au temps d’avant le temps, une Petite Ame qui dit à Dieu :  » Je sais qui je suis ! « . Et Dieu dit :  » C’est merveilleux ! Qui es-tu ?  » La Petite Ame cria :  » Je suis la Lumière !  » Et Dieu s’exclama avec un grand sourire :  » Oui, c’est ça ! Tu es la Lumière. » La Petite Ame était si heureuse ! Elle avait résolu le mystère que toutes les âmes du Royaume étaient venues résoudre.

« Maintenant que je sais Qui je Suis, est-ce que j’ai aussi le droit de l’être ? Je veux sentir ce que ça fait d’être la Lumière! » « Bien sûr, mais ça ne sera pas facile de faire l’expérience de ce que tu es, puisqu’il n’y a rien que tu n’es pas ».

Bref, nous pouvons tous nous autoriser à briller… mais ça ne sera pas facile d’en prendre conscience.

Leçon N°2, qui élimine la blessure de comparaison : Nous sommes tous spéciaux, mais sans classement.

« Tu es comme une bougie dans le Soleil. Avec des millions d’autres bougies qui constituent le Soleil ! Et le Soleil ne serait pas le Soleil sans toi. Non, il ne serait pas le soleil sans l’une de ses bougies … Laisse tant briller ta Lumière que tous sauront combien tu es spécial ! »  » Tu veux dire que j’ai le droit de montrer aux autres combien je suis spécial ?  » demanda la Petite Ame.  » Bien sûr,  » dit Dieu en souriant.  » Tu en as tout à fait le droit ! Mais souviens-toi,  » spécial  » ne veut pas dire  » meilleur « . Tout le monde est spécial, chacun à sa façon ! Et pourtant bien des autres ont oublié cela. Ils ne réaliseront qu’ils ont le droit d’être spécial que si toi-même tu reconnais que tu as le droit de l’être. »  » Wow,  » dit la Petite Ame, dansant et sautillant, riant et sautant de joie.  » Je peux être aussi spécial que je veux !  »

En résumé : autorisons-nous à briller, aux côtés les uns des autres…

C’est là que la parabole met en jeu une version intéressante de la rencontre avec l’ombre, de nature à expliciter les raisons et intérêts d’une rencontre avec un certaines personnalités sombres dites « pervers narcissiques » (PN)….

Leçon N°3 : un PN n’a que le pouvoir qu’on lui donne.

« Comment te connaître en tant que Lumière quand tu es parmi la Lumière ? » « C’est la question. » « Puisque tu ne peux pas te reconnaître en tant que Lumière quand tu es dans la Lumière, nous allons t’entourer d’obscurité. » « Qu’est-ce que c’est l’obscurité ? » demanda la Petite Ame. Dieu répondit :  » C’est ce que tu n’es pas.  » Est-ce que j’aurai peur de l’obscurité ? » s’écria la Petite Ame.  » Seulement si tu choisis d’avoir peur  » répondit Dieu. « Il n’y a vraiment rien à craindre, à moins que tu ne le décides. »

NB : si nous décidons de reprendre notre pouvoir de créer notre vie, nous pouvons appliquer certaines techniques pour sortir de l’effrayante ronde macabre proposée par une personnalité toxique ….

 Leçon n°4 : la rencontre avec un PN, ou toute autre personne toxique, a un sens, une raison d’être. Il s’agit de nous connaître mieux nous-mêmes et de voir quelles blessures en nous nous devons faire cicatriser.

Puis Dieu expliqua que pour pouvoir faire l’expérience de quelque chose, son exact opposé allait apparaître.  » C’est un grand cadeau,  » dit Dieu,  » parce que sans cela, tu ne pourrais pas savoir à quoi ressemble cette chose.  »  » Tu ne pourrais pas connaître le chaud sans le froid, le haut sans le bas, le vite sans le lent. Tu ne pourrais pas connaître la gauche sans la droite, ici sans là-bas, maintenant sans jadis. « Alors, quand tu auras rencontré ton parfait opposé, l’ombre, tu sauras Qui Tu Es Vraiment ».

Leçon N°5 : faut-il réagir par la violence à ces rencontres toxiques ?

 » Et donc,  » conclut Dieu,  » quand tu seras entouré par l’obscurité, ne brandis pas ton poing, n’élève pas ta voix et ne maudis pas l’obscurité.  »  » Sois plutôt une Lumière vis-à-vis de l’obscurité, et ne sois pas fâché de cela. « 

Conclusion : restons nous-mêmes, lumière, car au fond de lui, le PN rêve de nous attirer dans son obscurité (haine, colère, envie, vengeance, …°…

Leçon n°6 : trouver notre mission de vie : qui voulons-nous être ?

« Je veux être spécial ». Et Dieu de répondre :   » Quelle partie du spécial veux-tu être ? C’est spécial d’être gentil. C’est spécial d’être doux. C’est spécial d’être créatif. C’est spécial d’être patient. C’est spécial d’être quelqu’un qui aide. C’est spécial d’être quelqu’un qui partage. C’est spécial d’être amical. C’est spécial d’être attentif aux autres ! »

Somme toute  : être simplement dans l’optimum de notre humanité.

 Leçon n°7 : le pardon, valeur suprême de l’humanité, avec la gratitude

« Je veux être la partie du spécial qui s’appelle  » celui qui pardonne « ».

Leçon n°8 : un PN a-t-il baissé sa vibration pour nous donner une opportunité de mieux nous connaître, de nous guérir de nos blessures … et de pardonner, faisant ainsi de nous des êtres suprêmes ? Et si, au fil des vies successives, ce n’était qu’un échange généreux pour faire croître chaque âme que nous sommes ???

A la Petite âme déçue qu’il n’y ait personne à pardonner, une âme amie va proposer un coupe de main sur le chemin de l’évolution personnelle…

Une Ame Amicale s’avança de la foule.  » Ne t’inquiète pas, Petite Ame,  » dit l’Ame Amicale,  » je vais t’aider.  »  » Tu vas m’aider ? « . La Petite Ame s’illumina.  » Mais qu’est-ce que tu peux faire ?  »  » Je peux te donner quelqu’un à qui pardonner. Je peux venir dans ta prochaine vie et faire quelque chose que tu pourras pardonner.  »  » Mais pourquoi ? Pourquoi ferais-tu cela ?  » demanda la Petite Ame.  » Toi qui es un Etre d’une telle perfection achevée ! Toi, qui vibres à une telle vitesse que cela crée une Lumière si brillante que je peux à peine te regarder ! Qu’est-ce qui pourrait te faire vouloir ralentir ta vibration à une telle vitesse que ta brillante Lumière deviendrait sombre et dense ? « Je le ferai parce que je t’aime. »

 » Ne sois pas si stupéfait  » dit l’Ame Amicale,  » tu as fait la même chose pour moi. Tu ne te souviens pas ? Oh, nous avons dansé ensemble, toi et moi, bien des fois. A travers les éternités et les âges, nous avons dansé. Nous avons été le Masculin et le Féminin, le Bon et le Mauvais, nous en avons été et la victime et le méchant.  » Ainsi, nous nous sommes rencontrés, toi et moi, maintes fois auparavant ; chacun apportant à l’autre l’exacte et parfaite occasion d’Exprimer et d’Expérimenter qui nous sommes vraiment.  » Et donc,  » continua d’expliquer l’Ame Amicale,  » Je vais venir dans ta prochaine vie et cette fois-ci je serai le  » méchant « . Je ferai quelque chose de vraiment terrible, et alors tu pourras faire l’expérience d’être Celui Qui Pardonne  » « Mais que vas-tu faire,  » demanda la Petite Ame, un tout petit peu nerveuse,  » qui sera si terrible ? »  » Oh,  » répondit l’Ame Amicale avec une étincelle,  » nous trouverons bien quelque chose.  » Puis, l’Ame Amicale parut devenir sérieuse, et dit d’une voix douce :  » Tu as raison à propos d’une chose, tu sais.  »  » Et c’est quoi ?  » voulut savoir la Petite Ame.  » Il me faudra ralentir ma vibration et devenir très lourd pour faire cette chose pas très gentille. Il me faudra prétendre être quelqu’un de très différent de moi. Alors, j’ai une seule et unique faveur à te demander en échange.  » « Au moment où je te frapperai et te terrasserai,  » répondit l’Ame Amicale,  » au moment où je ferai la pire chose que tu puisses imaginer – à ce moment précis …  »  » Souviens-toi de qui je suis réellement.  »  » Oh, je le ferai !  » S’écria la Petite Ame,  » je le promets ! Je me souviendrai toujours de toi comme je te vois ici même, à cet instant ! »  » Bien,  » dit l’Ame Amicale, « parce que, vois-tu, j’aurai fait semblant tellement fort, que je me serai oublié. Et si tu ne te souviens pas de moi tel que je suis réellement, je ne pourrai peut-être pas m’en souvenir pendant très longtemps. Et si j’oublie qui je suis, tu peux même oublier Qui Tu Es, et nous serons perdus tous les deux. »

Je me souviendrai de toi ! Et je te remercierai de m’apporter ce cadeau : la possibilité de faire l’expérience de Qui Je Suis.  » Et ainsi, l’accord fut conclu. Et la Petite Ame s’engagea dans une nouvelle vie, toute excitée d’être la Lumière, ce qui était très spécial, et toute excitée d’être cette partie du spécial appelée le Pardon. Et la Petite Ame attendit anxieusement de pouvoir faire l’expérience d’être Celui Qui Pardonne, et de remercier l’Ame qui le lui permettrait.

Et dans tous les moments de cette nouvelle existence, chaque fois qu’une nouvelle âme faisait son apparition, que cette nouvelle âme amène de la joie ou de la tristesse – et surtout si elle amenait de la tristesse – la Petite Ame pensait à ce que Dieu avait dit :  » Souviens-toi toujours,  » – et Dieu avait souri -,  » je ne t’ai jamais envoyé que des anges.  »

Alors, comme disent certains anglophones, un PN pourrait être un AID (Angel in Disguise, ange déguisé en diable), pour nous aider à évoluer vers un niveau de conscience supérieur et vers plus de paix intérieure. Et nous, nous serions des expérienceurs, ceux ayant vécu une forme d’état de mort imminente, et en en étant revenus plus conscients de nous et de la vie. Et cette danse sur plusieurs vies pourrait expliquer cette incroyable attraction, cette familiarité, cette impression d’avoir trouvé son âme sœur…. Alors, sans excuser, pouvons-nous avoir la force de voir sous l’obscurité et pardonner pour rester la lumière que nous sommes ?


Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *