Je me suis fait la promesse d’aider les autres si j’arrivais à sortir de ma dépendance affective !

12 réponses

  1. Myrgold dit :

    Bravo pour ta démarche 👍
    J’ai souffert aussi de relations déséquilibrées et je trouve ton approche vraiment très intéressante.

    Trop souvent dans les médias le sujet est abordé comme touchant le couple, la relation amoureuse.
    Mais en abordant le manque de confiance en soi, et/où le besoin (bien naturel) d’être aimé, bref notre personne dans tous les domaines de notre vie… et bien je trouve que c’est vraiment plus utile aussi.

    Par exemple j’ai eu beaucoup d’assurance dans la vie professionnelle, mais énormément de problèmes avec ma grand-mère qui m’a élevée.
    D’un autre côté, avoir de l’assurance alors qu’au fond il y a un peu d’hostilité, de colère (pas dirigée forcément contre les autres), au final on ne vit pas en paix…

    Merci pour ta présentation (étant musicienne aussi je pense que notre sensibilité ne nous aide pas beaucoup pour le coup 😉, bien que nos faiblesses renforcent d’autres parties de notre personnalité).
    Ta « jeunesse », le fait que tu n’en parle pas de l’extérieur, comme certains spécialistes, est complémentaire de ce qu’on lit souvent sur le net.

    Bonne continuation (pas se décourager si un blog prend du temps à être lu, partagé, ceux qui sont connus persévèrent, évoluent avec le temps) 🙂

    Et pour ce que ça vaut, je vais avoir 40 ans et je suis beaucoup plus heureuse aujourd’hui qu’à 20 ans.
    Ça vaut vraiment la peine de faire la démarche de se remettre en question, de réfléchir sur les notions de culpabilité, de responsabilité… le sujet est vaste, il mérite bien un blog 😁

    • Alexandre dit :

      Merci beaucoup pour ce super commentaire. 🙂

      Je crois que c’est un peu ce qui m’a poussé à créer ce blog justement. On en parle beaucoup mais souvent de l’extérieur et en oubliant plusieurs aspects (c’est souvent la dépendance amoureuse qui revient alors que le sujet est bien plus vaste que le couple, y’a tellement de chose à dire) et puis le fait aussi que je sois un homme, le point de vue masculin n’est pas forcément très présent (sans doute à cause d’une certaine fierté et ne pas avoir envie de se reconnaître une certaine sensibilité… Je ne sais pas trop ^^).

      En tout cas voir que l’on peut vivre heureux après avoir traversé tout ça (ce qui a l’air d’être ton cas 😉 ) et bien c’est encourageant, ce n’est pas quelque chose qui finira forcément mal même au contraire comme tu dis, ça nous donne de belle qualité (la sensibilité par exemple en tant que musicien c’est super important au final pour nous… Faudra que j’aborde ce sujet peut-être un jour ^^).

      En tout cas, je ne lâcherai pas ce blog, j’ai vu plusieurs fois des gens proposer des « formations » pour sortir de la dépendance affective moyennant finance bien sûr sans rien apporter de concret… S’enrichir sur le malheur des autres quoi, ça m’a toujours énervé… Et c’est bien une des raisons qui fait que malgré ces imperfections (que je changerai au fur et à mesure) et bien je veux vraiment l’inscrire dans la durée… Puis tu es mon premier commentaire c’est encourageant en tout cas.

      En tous cas merci de ton message 🙂

  2. Lisa dit :

    Je suis bien contente d’être tombée sur ton blog.
    « Pourquoi faire un blog sur ce sujet, alors qu’ils en existent tant d’autre ? » Parce que comme tu l’as également très bien dit, sur internet on est entouré de site payant et de livre et ayant 20 ans et étant encore en plein dans la dépendance affective et donc ayant encore beaaaucoup de chemin à traverser pour en sortir (même si j’ai fais déjà un très gros pas qui est de réaliser ma situation) je n’ai pas non plus envie de me ruiner la dedans, si j’avais de l’argent pour ça j’irais voir un psy haha !
    En plus ton site et ta façon d’écrire sont très agréable et je compte bien incorporer ton site dans mon essais de nouvelle vie 🙂
    Bonne continuation à toi !
    Lisa.

    • Alexandre dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire Lisa. 🙂

      En effet comprendre ce que l’on ressent, et de reconnaître sa situation, c’est un gros premier pas (je suis entouré de nombreuses personnes qui n’ont même pas conscience de l’être), puis le reste du chemin, même si il est parfois douloureux, est très enrichissant car il permet vraiment de se connaitre soi-même.
      J’espère vraiment que tu arrivera au bout de ta dépendance affective car on se rend compte après que ce qui nous a fait souffrir peut-être après la source de nos plus belles réalisation (tout l’énergie que j’avais dans ma souffrance et partie dans ma musique et dans ce blog, et je suis convaincu que ça sera de même pour toi). 😉

      En tout cas, c’est très agréable et motivant à lire comme retour (il faudra un jour que j’essaye d’incorporer un système pour savoir quand mes articles sortent, ça sera plus simple pour suivre tout les futurs conseils… Mais pour le moment je sais pas encore comment le faire ^^’).

      Je te souhaite de tout cœur le meilleur pour ta nouvelle vie en tout cas. 😉

  3. Alison dit :

    Salut à tous
    Ouah quelle chance d’avoir trouvé ce blog!
    J’ai 29 ans et ça fait environ 3 ans que je m’occupe de mon développement personnel et donc de cette dépendance affective.
    Durant ces 3 ans, mon évolution a été lente, avec des phases de prise de conscience lorsque je suis célibataire, et des phases de prises de tête lorsque je suis en couple. Malgré tout ce que j’ai lu, tout ce que je sais sur moi, je n’arrive pas à modifier mon comportement d’une manière durable. Je me vois agir, mais je reproduis encore et encore les mêmes erreurs (légère évolution quand même)….Je choisis toujours des hommes qui ne sont pas fait pour moi, qui ne me conviennent pas, avec qui dès le début je sens le truc qui cloche mais j’y vais quand même…. Je suis fatiguée de ça, une de mes résolutions pour 2017 est de m’occuper de ma dépendance et de ne plus reproduire les schémas de toujours.
    Lorsque j’ai lu le blog dont tu parles, j’ai l’impression que tous mes comportements, pensées, tout est écrit sur ce site…. Mais qui suis-je réellement derrière cette dépendance qui bouffe littéralement ma vraie personnalité ? Pourquoi je n’arrive pas à appliquer ce que je lis, à prendre un autre chemin mental que celui que je connais ? Comment m’en sortir ?
    En tout cas, je suis convaincue que nous avons une chance inouie d’avoir conscience de ces processus et de les accepter, de vouloir en changer. Tant de gens autour de nous sont inconscients de tout ça et seront malheureux toute leur vie….
    Merci de ton implication dans ce blog qui je suis sûre va beaucoup nous aider. Donne nous tes secrets ! S’en sortir si jeune et seul, tu dois forcément avoir de superbes méthodes !
    A bientôt au fil des lectures
    Alison

    • Alexandre dit :

      Bonjour Alison,

      Désolé du délai de réponse… Les partiels sont passés par là (la vie étudiante dès fois, ça fait oublier le reste… Mais maintenant c’est derrière moi, et je peux continuer à poster des choses comme je le souhaite ici :D).

      C’est une superbe résolution que de vouloir s’occuper de sa dépendance… D’ailleurs au lieu d’en faire une résolution, essayes de t’en faire un objectif. C’est comme ça que ça a marché pour moi, je me suis fixé cet objectif d’aller mieux… Je suis sûr qu’en te donnant cet objectif ça t’aidera aussi beaucoup (les résolutions, ont parfois tendances à les oublier… Pas les objectifs :D)

      Je pense que quand on est en plein dans la dépendance, c’est dur d’en sortir, dur de ne pas appliquer tout ce que l’on veut comme l’on veut… ça demande une énergie assez considérable et surtout de connaitre ce que l’on est d’autre au delà de cette dépendance… Peut-être as tu des goûts particuliers ? Une passion ? (pour ma part c’est la musique… D’ailleurs, l’art est souvent quelque chose qui nous passionne, peut-être est-ce ton cas ? ça serait super de pouvoir te mettre corps et âme là dedans et plus dans des relations).

      En tout cas bravo, car tu as déjà conscience de tout ça et c’est un pas énorme, le premier même si il reste beaucoup de chemin, ce pas là est le plus important car c’est lui qui donne conscience de ce qui est vraiment en jeu.

      En tout cas je me suis fixé de poster 3 article par semaine comme objectif… 1 seul c’est trop peu, et j’ai beaucoup à partager vis à vis de ça, j’attendais que mes partiels soient passées et maintenant que celà est fait… Je peux m’y mettre. 😀

      A très vite en tout cas, et je te souhaite pour 2017 de trouver une voix qui t’aideras à dépasser cette dépendance. 😉

  4. Antigone dit :

    Merci pour ce blog que je viendrai lire régulièrement… !

  5. Yohann dit :

    Bonjour Alexandre,

    Voici mon quotidien:

    – je suis en permanence à la recherche de l’attention de l’autre, je fais mon intéressant sur facebook et autre (« regarde j’aime tes publications! » « j’aime tes photos » « tu as vu, j’aime des choses classes! regarde! »)
    – je fais du chantage affectif (« Si c’est comme ça je préfère encore dormir sur le canapé! » « puisque tu ne m’approche plus, je ne veux plus de toi, ne m’approche plus jamais! »)
    – je fais culpabiliser l’autre (« c’est normal la tendresse dans un couple, si tu n’es plus tendre c’est que tu ne m’aimes plus! » « j’ai besoin de tes calins, c’est normal, c’est toi qui ne l’est pas en refusant de m’en donner. » « je suis prêt à tout pour te rendre heureuse, mais toi tu ne fais plus rien pour moi »)
    – je suis dans la mendicité affective (« j’espère que je vais te manquer pendant ton voyage… (Sous entendu: dis moi que c’est la cas pleaaaase!) » « je t’aime (Sous entendu: dis moi que tu m’aimes) » « je pense à toi… (sous entendu: dis moi que tu penses aussi à moi) »

    Tout comme une drogue, mon corps réagi violemment au manque:

    – Montées d’adrénaline quand j’entends mon portable vibrer, ou quand je la vois se connecter sur facebook
    – Boule/noeud au ventre quand je me sens seul et que j’attends un signe d’affection
    – Mal de tête à force de subir mes pensées négatives

    Je suis vraiment en plein dans cette dépendance affective. Mais la bonne nouvelle, c’est que j’en ai à présent conscience, je débute mon long chemin vers la guérison.

    Comme tu le dis si bien, internet regorge de ressources payantes et l’idée que certains se servent du malheur des autres comme d’un fond de commerce me mets très mal à l’aise et brise la confiance en leurs conseils. après tout, ce n’est pas trop dans leur intérêt qu’on aille vraiment mieux, tant qu’on souffre on paye!

    Pour ces raisons, merci pour ta démarche, et merci pour ton partage. Je me servirais surement de tes articles pour m’en sortir. Peut-être que de rédiger un blog pourra moi aussi m’aider.

    à bientôt!

    • Alexandre dit :

      Merci pour ton commentaire Yohann !

      En effet, tu es en plein dans la dépendance affective, mais ce qui est admirable c’est que tu te remet en question sur tes propres comportements, et c’est sans doute le pas le plus dur à faire (je vois beaucoup de dépendant affectif autour de moi qui n’en ont même pas conscience ou alors qu’ils ne veulent pas reconnaitre la part d’eux qui est responsable de ça… Dans ce cas là généralement on ne peut rien faire pour eux, c’est à eux d’en prendre conscience avant d’aller mieux) dans tout les cas maintenant, tu vas pouvoir avancer sur ce point, et tu as conscience que ça sera un long chemin (aujourd’hui, je me sens beaucoup mieux mais j’ai encore pas mal de reste… ça ne part pas vraiment mais on fini quand même par se sentir apaisé la plupart du temps en évoluant même si quelques rechutes arrivent elles n’ont plus de côté dramatique… Bref, c’est une bonne chose que de faire ce chemin car il vaut le coup ^^) et en effet comme tu le dis, on est un peu des drogués de l’autre… Et pour se sevrer c’est pas simple, enfin dans tout les cas tu en as conscience et ça va énormément t’aider ^^

      Là, je suis en pleine période d’examen, mais dés la semaine prochaine, je vais faire évoluer un peu ce blog, en proposant plus d’outils et plus d’article par semaine (je pense passer à deux par semaines… Vu le sujet qu’est la dépendance affective, ça ne peut que être bénéfique avec tout ce qu’il y’a aborder).

      En tout cas je te souhaite bon courage dans ta démarche, en parler fait du bien, je te souhaite beaucoup de bonne choses dans cette aventure que tu vas entreprendre, ça ne sera pas tout les jours simple mais ça vaut le coup. ^^

  6. Maja dit :

    Je suis médecin spécialiste, admiré par les collègues, Mais si ma vie professionnelle et académique a été une réussite, j’accumule les échecs sur le plan sentimental. Je suis trop collant et j’ai peur de perdre l’être aimée- que je finis toujours par perdre.
    Ce blog m’aide beaucoup à mieux comprendre qui je suis- dépendant affectif- et comment y remédier. J’écris depuis BAMAKO au Mali.

    • Alexandre dit :

      Merci pour votre commentaire. En effet, une réussite professionnelle n’empêche pas d’être dépendant affectif et parfois les deux sont liés, on se surpasse dans tout les domaines de notre vie pour avoir l’impression de mériter l’amour d’autrui. Maintenant, je vous souhaite justement de trouver cette autonomie affective qui vous fera du bien… Et je suis sûr que vous avez en vous tout ce qu’il faut pour la trouver. 😉 N’hésitez pas à prendre le temps de bien étudier chaque ressources, j’essaie d’en rajouter réguliérement pour pouvoir aider au mieux. Je suis en tout cas ravi que ce blog puisse vous aider. Et n’hésitez pas à poser toutes vos questions en commentaire, je serai ravi d’y répondre.

      A bientôt. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *