Changez vos croyances pour vaincre la dépendance affective !

croyances
Partager l'article :

Vos croyances ou certitudes sont souvent l’une des raisons principales pour laquelle vous êtes une personne dépendante affective. Elles peuvent être de plusieurs sortes et vont influencer plus ou moins votre vie. Vous pouvez avoir des croyances limitantes sur votre propre vie ou au contraire des croyances vous permettant d’avoir confiance en votre capacité à accomplir des choses.

Les croyances limitantes sont celles qui vont le plus entretenir votre dépendance affective. Elles vont être un frein à la réalisation de ce qui est important pour vous. En plus, elles construisent une image négative de vous par rapport aux personnes autour de vous.

Nous allons voir, ensemble, dans cet article qu’elles peuvent être les différentes croyances que vous pouvez cultiver en vous. Celles qui peuvent être à la base de votre dépendance affective. Puis, nous verrons une méthode simple à mettre en place pour pouvoir vous débarrasser progressivement de vos croyances.

Note : je viens d’ouvrir une page de coaching. La méthode que je vais vous présenter ici et l’une des méthodes que j’utilise dans ce coaching pour vous aider à aller mieux. Vous pouvez très bien le mettre en place seul sans problème.

En complément de cet article, vous pouvez recevoir gratuitement un ebook pour avoir accès à des exercices différents pour pouvoir sortir de la dépendance affective. Il suffit d’aller sur cette page.

Les croyances qui peuvent être à l’origine de votre dépendance affective.

Votre réalité est construite avant tout par ce que vous croyez vrai. Il n’existe pas vraiment de réalité mais plutôt une façon d’interpréter cette réalité. Une interprétation qui dépend avant tout de votre vécu, de votre histoire et qui vous semble le plus cohérent à vos yeux.

Voici un exemple rapide ! Vous n’aimez peut-être pas la pluie et vous fulminez quand il se met à pleuvoir lors d’une de vos sorties. Pour d’autres personnes, la pluie au contraire est quelque chose d’agréable et ils sont heureux dès qu’il se met à pleuvoir.

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi vous n’aimiez pas la pluie justement ? Vous avez sans doute construit progressivement une croyance vous rendant la pluie désagréable. Mais, au final, ce n’est pas ce qui vous entoure qui vous est désagréable, c’est la manière dont vous le percevez.

Êtes-vous dépendant affectif ?Dans le cas de la dépendance affective vos croyances peuvent être nombreuses. Elles sont la plupart du temps négatives. C’est elles qui vous donnent l’impression de moins valoir que les autres personnes autour de vous. C’est en entretenant ce genre de pensées que vous entretenez votre dépendance affective.

Il existe deux types importants de croyances que vous pouvez avoir en vous et qui entretiennent votre dépendance affective. Il y a celles qui vous concernent directement et puis celles qui concernent les autres personnes autour de vous.

Les croyances qui vous concernent.

Voyons ensemble quelques croyances que vous pouvez avoir sur vous-même et qui peuvent entretenir votre dépendance affective. Ce sont des croyances limitantes qui vous empêchent, sans doute, de vous affirmer aux yeux des autres. Il en existe bien entendu plein d’autres mais, voici quelques exemples.

Je ne suis pas digne d’être aimé.

Il s’agit d’une croyance courante chez les personnes dépendantes affectives. Elles ne se pensent pas digne de l’amour des autres et vont donc faire en sorte de ne pas avoir la nourriture affective dont ils auraient besoin pour se sentir bien.

C’est une croyance qui se développe souvent pendant la petite enfance. Un parent absent physiquement ou émotionnellement peut être à l’origine de cette croyance. Il est possible que cette croyance se développe suite à une expérience où vous vous êtes senti délaissé par quelqu’un.

Je ne suis pas une personne assez intéressante.

Dans cette croyance, la personne a l’impression de n’avoir aucun intérêt. Elle peut se trouver ennuyante ou alors pas assez passionnante. Elle va d’ailleurs en profiter pour se comparer sans cesse à des personnes qui lui semblent plus intéressantes à ses yeux.

Vous avez, peut-être, construit cette croyance suite à une expérience où une personne ne vous accordait que peu d’intérêt alors que vous étiez particulièrement intéressé par cette personne. Vos parents ne vous ont, peut-être, pas assez valorisé. Cette croyance peut vraiment avoir plusieurs origines possibles.

L’amour n’est pas quelque chose que je puisse obtenir.

Un peu dans la même veine que le fait de ne « pas être digne d’être aimé ». La personne se met des barrières en pensant de cette façon. Elle se trouve tous les défauts du monde pour se prouver à elle-même qu’elle ne pourra jamais obtenir l’amour qu’elle recherche.

Cette croyance prend souvent racine dans l’enfance. Mais, elle peut aussi être liée à une première rupture qui n’a pas été forcément bien accepté. Vous répétez peut-être les mêmes schémas de cette première relation, ce qui finit par mener à la rupture.

La solitude est quelque chose que je ne peux pas supporter.

La personne se croit incapable de pouvoir vivre seul pendant quelque temps. Elle n’arrive pas à trouver d’activités qu’elle peut faire seul et y trouver du plaisir. Elle va, donc, tout faire pour se mettre en relation le plus vite possible. Même avec une personne ne lui convenant pas. Le but est d’avant tout éviter la solitude.

Cette croyance c’est, peut-être, construite suite à une expérience où vous vous êtes senti particulièrement seul, sans soutien et face à un évènement difficile de votre vie. Vous avez donc relié la solitude à la souffrance. Vous avez, peut-être, été aussi très seul durant votre enfance.

Je n’ai pas de qualité et je suis une mauvaise personne.

La personne qui pense de cette façon est sûr de n’avoir aucune valeur, d’être une mauvaise personne. Elle ne fait que regarder ses propres défauts pour constamment se rabaisser. Mais, elle oublie bien vite que c’est normal d’avoir des défauts. Il n’existe pas un seul humain sur terre qui soit parfait.

Cette croyance trouve son origine souvent durant votre enfance. Vos parents vous ont, peut-être, dévalorisé souvent et vous avez fini par avoir l’impression de n’être qu’une personne moins que rien. Elle peut aussi trouver son origine lors de l’adolescence, si vous vous êtes senti rejeter, par exemple.

Les croyances qui concernent les gens autour de vous ou vos relations.

Vous pouvez aussi développer des certitudes vis-à-vis des gens autour de vous ou de vos relations. Il va s’agir ici de croyances limitantes qui vous empêcheront de faire un pas vers les autres ou alors de construire des relations épanouissantes. Voici quelques exemples de ce type de croyance. Ils en existent, bien entendu, d’autres.

Les relations finissent toujours mal.

La personne va penser que les relations, amicales ou amoureuses, ne sont pas faites pour bien se terminer. Et elle va réussir à se le prouver à elle-même en répétant des schémas qu’elle a mis en place lors de précédentes relations qui ont mal fini. La personne crée elle-même ce qu’elle croit vrai.

La source de cette croyance est souvent une relation qui s’est particulièrement mal terminée. Lors d’une rupture ou d’une trahison d’une personne par exemple. Vous avez, peut-être, été si marqué par cette relation que vous avez fini par généraliser votre expérience à l’ensemble de vos autres relations.

Les gens sont toujours de mauvaises personnes et remplit de mauvaises intentions.

Cette croyance oblige à voir l’humanité dans son côté le plus sombre. S’il est vrai que les êtres humains sont parfois capables des pires atrocités, il existe aussi des gens capables d’apporter du beau dans ce monde. Mais, la personne qui a cette croyance va refuser de le voir. Elle va généraliser une de ces mauvaises expériences à l’ensemble des gens.

Si vous avez cette croyance, vous avez peut-être vécu une expérience qui vous a particulièrement marqué. Voire traumatisée. Quand quelque chose nous marque particulièrement, nous sommes capables de la généraliser à tout le reste pour en faire notre nouvelle réalité.

Il n’est pas possible d’être vraiment heureux en couple.

La personne qui a cette croyance vit une insatisfaction chronique quand elle est en couple. Ou alors, elle finit par se séparer de cette personne. Dans tous les cas, elle répète un schéma qui la mène vers des personnes avec qui elle ne se sentira pas vraiment bien. Elle va vers des personnes vers qui elle est incompatible de façon inconsciente.

Cette croyance peut trouver son origine dès la première relation amoureuse. La personne va prendre cette relation pour la norme. Si c’est votre cas, vous pouvez aller, inconsciemment, vers des personnes qui vous feront revivre ce que vous avez vécu lors de votre premier couple.

Si elle me quitte, je ne vivrai plus jamais de belles relations.

Cette croyance donne l’impression que notre partenaire de vie est l’unique, le seul capable de nous combler. Du coup, la personne qui nourrit cette croyance va faire toutes les pirouettes possibles pour ne jamais être quitté par cette personne même si tout va mal dans son couple.

Les croyances de ce type peuvent avoir plusieurs origines. Notre société nous pousse, même, à développer ce genre de croyance. Entre les films d’amours et les publicités pour les couples, tout est fait pour vous faire croire qu’il n’existe qu’une seule personne qui vous soit destinée.

Les croyances sont en tout cas vraiment nombreuses. Elles entretiennent votre dépendance affective et peuvent même créer de véritables blocages dans votre vie. Nous allons donc, maintenant, voir ensemble comment il est possible de les éliminer afin que vous puissiez vivre une vie plus épanouie.

girl

Le processus pour éliminer une croyance limitante.

Pour éliminer une certitude il est important de passer par quelques étapes essentielles. N’oubliez pas que vos croyances sont à l’origine de votre dépendance affective. Il est donc important de s’en débarasser afin de pouvoir aller mieux le plus rapidement possible.

Mais, les croyances négatives que vous pouvez avoir peuvent être nombreuses. Il va, donc; falloir prendre le temps de toutes les éliminer pour pouvoir sortir complètement de la dépendance affective. Il va donc, sans doute, vous falloir utiliser cette méthode plusieurs fois pour observer les premiers effets.

1. Identifiez l’une de vos croyances.

Pour commencer, il va falloir prendre le temps d’identifier les croyances que vous pouvez avoir en vous. Aujourd’hui, vous en avez sans doute de nombreuses et il peut être intéressant de les noter quelque part. Prenez le temps de bien réfléchir votre vie et à ce que vous pensez de vous-même durant cette étape.

L’important, c’est d’en identifier une seule à la fois. Il ne faut pas chercher à éliminer plusieurs croyances à la fois. Il faut aussi bien mettre des mots dessus en l’exprimant à l’oral par exemple. C’est ce qui vous permettra de vous rendre compte que cette croyance fait bien partie de vous.

Prenons un exemple pour illustrer cette méthode. Ma croyance est que « je ne suis pas une personne assez intéressante ». Il s’agit de notre croyance de départ, celle sur laquelle nous allons travailler. C’est une croyance assez courante chez les personnes dépendantes affectives et elle vous concerne, peut-être, directement.

2. Trouvez l’origine de cette croyance.

Cette croyance n’est au final pas apparue par hasard. Il existe forcément quelque chose qui en est la cause. La plupart de nos croyances proviennent souvent de notre enfance. Elles apparaissent généralement avant l’âge de 6 ans et il faudra sans doute prendre le temps d’explorer cette période de votre vie en premier lieu.

Pour notre exemple, imaginons que vos parents ne prenez pas assez le temps de jouer avec vous. Vous avez fini par en conclure que vous n’étiez pas une personne assez intéressante à leurs yeux car ils ne s’intéressaient pas à vous. Vous avez fini par généraliser cette croyance et en faire votre réalité.

Parfois, il arrive que vos croyances soient causées par des évènements plus proches de vous et qui ont pu vous marquer. Si jamais vous n’arrivez pas à trouver l’origine de votre croyance en partant de votre petite enfance, prenez le temps de réfléchir aux évènements marquants de votre vie.

3. Cherchez d’autres interprétations.

Dans notre exemple, affirmer que « comme vos parents ne prenaient pas le temps de jouer avec vous, alors vous êtes une personne inintéressante » n’est qu’une interprétation d’un évènement. Vous avez construit votre propre interprétation de cet événement à partir d’une expérience que vous avez vécue.


En réfléchissant bien, il est possible de trouver d’autres interprétations qui peuvent être la cause du comportement de vos parents. Prenez le temps de réfléchir à d’autres raisons qui ont pu pousser vos parents à agir de cette façon. En voici quelques exemples :

  • vos parents étaient peut-être trop occupés par d’autres activités ;
  • vos parents n’étaient peut-être pas bons pour vous élever ;
  • vous ne représentiez peut-être pas ce dont ils désiraient de vous mais vous pouvez très bien correspondre à d’autres personnes.

Il existe des dizaines d’autres interprétations possibles aux comportements de vos parents au final. Votre interprétation n’en est qu‘une parmi plusieurs autres de valable de cette situation. Il est important que vous en preniez bien conscience.

4. Prenez conscience que cette croyance n’existe pas vraiment.

Au final, cette croyance que vous avez de « ne pas être une personne assez intéressante » n’est que votre propre façon de voir la réalité. Cette croyance n’existe pas vraiment à part dans votre esprit. Vous n’avez, d’ailleurs, aucune façon de prouver concrètement que votre croyance soit vraie.

Il va donc falloir éliminer cette certitude petit à petit. Pour cela, il vous suffit, simplement, de refuser cette croyance dès qu’elle apparaît dans votre esprit. Maintenant que vous en connaissez l’origine vous aurez beaucoup plus de facilité à le faire.

Puis, vous pourrez la remplacer progressivement par une croyance plus positive. Dans cet exemple, vous pouvez simplement penser que « vous êtes une personne intéressante ». Vous pouvez aussi vous dire que si vos propres parents ne prenaient pas de temps pour vous, ça ne sera pas forcément le cas de tout le monde.

Les croyances construisent votre réalité et votre existence.

Si vous êtes aujourd’hui dépendant affectif, il est très probable que se soit dû à des croyances que vous pouvez avoir sur vous-même ou sur les autres. Des certitudes qui ont pu petit à petit créer un important manque de confiance en vous et vous bloquer sur énormément de choses dans votre vie.

possiblePrenez le temps d’éliminer toutes vos croyances qui sont à l’origine de votre dépendance affective. C’est un processus qui vous prendra sans doute énormément de temps mais vous avez ici accès à un super outil pour y arriver. N’hésitez pas à vous en servir souvent pour améliorer petit à petit votre vie.

N’hésitez pas à me dire qu’elles sont les croyances que vous avez. Celles que vous pensez être à l’origine de votre dépendance affective par commentaire. Je pourrai ainsi vous aiguiller un peu plus sur vos croyances. 😉

En complément de cet article et si vous voulez en savoir plus sur la dépendance affective, vous pouvez prendre le temps de visiter cet article. Vous pouvez aussi allez lire cette chronique qui vous donnera d’autres outils pour vaincre la dépendance affective.

Enfin, vous êtes libre de recevoir gratuitement un ebook qui vous donnera accès à d’autres méthodes pour aller mieux et vaincre la dépendance affective en visitant simplement cette page.


Partager l'article :

5 commentaires sur “Changez vos croyances pour vaincre la dépendance affective !”

  1. Alors moi j’ai une croyance étrange qui est que si la personne ne me contacte pas c’est qu’elle ne m’aime pas.. car je suis très auditive et je me projette chez l’autre.. C’est vraiment débile je trouve lol Alors que la personne peut être occupé et faire ses activités tout simplement.. mais je prend ça émotionnellement pour un acte d’abandon.

    1. C’est souvent quelque chose qui arrive avec la dépendance affective (et pas que ça d’ailleurs). Les gens sont énormément occupé (surtout à notre époque) et dans la plupart des cas, les personnes ne nous abandonnent pas, elles font juste leur petite vie.

      C’est important d’en avoir conscience comme c’est le cas pour vous, mais, ce n’est pas non plus facile de se détacher de cette pensée qui nous fait croire à un abandon.

      Il suffit même, parfois, de leur dire qu’on aimerais un peu plus de contact de leur part pour être satisfait.

    2. Bonjour,
      Cela fait quelques semaines que j’ai mis un nom sur un mal etre profond que je ressens depuis plus de 10 ans…il s agit de la dependance affective. J avais conscience de ma peur d etre abandonnė mais je tournais autour du pot. Apres cet enorme declic j ai cpmmencė a me documenter (le livre de catherine Dupont est tres bien fait pour faire un premier pas dans ce domaine et degrossir les processus mentaux )Par le biais de mes recherches j ai reussi a connaitre les raisons et les causes de cet etat de fait… manque d encouragement et de valorisation dans mon enfance…deces de mon pere a mes 20 ans..divorce a 30…etc etc. J ai donc entrepris des recherches plus poussėes sur le fonctionnement du cerveau ( conscient subconscient autosuggestion etc etc) afin de reellement mettre les mains sur le gouvernail de mon embarcation. Je prends conscience au fur et a mesure que j ai une forme de dependance affective tres forte. J’ ai 40 ans et je ne sais pas encore ce que  » vivre pour soi » veut reellement dire, mon « reflex » mental est de vivre pour ou au travers des autres.
      Je vous ecris pour d une part apporter mon temoignage (c est un temoignage comme celui ci qui m a fait declic) et d autre part pour recolter toutes les pistes ou temoignages qui pourrait m aider a passer des etapes que je commence a entrevoir…mais qui sont encore confuses.
      Un enorme merci par avance.

  2. Bonjour
    Merci pour cet outil je suis en pleine rupture amoureuse j ai deux enfants j au certainemelnt des croyances erronée liés a mon enfance issue d une famille nombreuse étant l aînée des filles j ai pu développer l impression que ma maman m aimait moins que ma sœurs ou cette impression d être mal aimée de mettre la barre trop haut et aussi j ai un manque de confiance en moi évident

    1. Bonjour,

      En effet, les familles nombreuses entrainent souvent des croyances de ce genre. Être l’ainé entraine des responsabilités, parfois inconsciente, vis-à-vis des plus jeunes et nous pousse souvent à faire de notre mieux, en nous mettant une certaine pression.

      C’est une piste à explorer en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *